2013

. DON JUAN DE APORIA
. LA NUIT LA VIE EST MOINS PIRE
. LA VIE DES TERMITES
. PAR LES MONTAGNES
. ANGELO, TYRAN DE PADOUE
. JE DIS NON
. UTOPIES !

JE DIS NON
production La Prod
création et mise en scène Fatym Layachi – avec Clémence Labatut et Yacine Ait Benhassi – scénographie et lumière Zineb Andress Arraki
« Je dis non » est une mosaïque du refus. En empruntant les mots de grands auteurs et en leur donnant vie sur scène dans la bouche de deux comédiens, la jeune metteur en scène conjugue la force de la littérature aux ruptures du quotidien.
Dans la poésie comme dans la prose, la notion du refus, mère de toutes les ruptures, a été sondée et exprimée par les plus grands auteurs de la littérature. « Je dis non » leur rend hommage et hisse la résistance de leurs mots, couchés sur le papier, sur le devant de la scène.

 

ANGELO, TYRAN DE PADOUE
estrarre
de Victor Hugo mise en scène Julien Kosellek avec Laura Clauzel, Nicolas Grandi, Viktoria Kozlova, Yuta Masuda, Raphaël Rivoire, Cédric Soubiron, Julien Varin arrangements et musiques originales Yuta Masuda
« Montrer ces deux femmes, qui résument tout en elles, généreuses souvent, malheureuses toujours (…) rendre la faute à qui est la faute, c’est à dire à l’homme, qui est fort, et au fait social, qui est absurde. » V.Hugo, préface d’Angelo,tyran de Padoue.
Ne m’ont donc guidé que mon amour pour les femmes et ma haine du fait social. Et ma passion pour la musique populaire, omniprésente dans ce projet.
Julien Kosellek.

 

PAR LES MONTAGNES
un film de Lise Bellynck et Frédéric Aspisi
écriture, réalisation, montage, production : Lise Bellynck & Frédéric Aspisi – un film tourné dans le Champsaur et le Valgaudemar – avec par ordre d’apparition : Jean Pellissier, Thomas Scimeca, Julie Lesgages, Céline Manchon, les enfants de l’année scolaire 2011-2012 du regroupement pédagogique Les Costes / La Motte-en-Champsaur – les musiques sont de : Lucien Yerbanga / Lei Mantenaires Chansouris / Lansine Kouyate et Sissokho Yakhouba (Sunset-France) – mixage : Jacques Fach
État des lieux de la vie d’une vallée des Hautes-Alpes. Ceux qui habitent là – enfants, adultes, vieux – témoignent : leurs corps, leurs paroles. Le ciment de ces trois générations, c’est la Nature et ici la Nature, c’est la montagne.

 

UTOPIES !
production Collectif Bis
atelier de fin d’études dirigé par Stéphane Auvray-Nauroy – avec les élèves des Conservatoires à Rayonnement Régional de Lyon et de Grenoble Chloë Astor, Florent Barret-Boisbertrand, Caroline Blanpied, Myrtille Borel, Michaël Comte, Marion Couzinie, Lucas Deslevaux, Chloë Giraud, Charlène Girin, Pierre Laloge, Colin Melquiond, Julien Michel, Asja Nadjar, Tom Porcher, Maxime Roger, Thomas Tressy – lumière François Dupont
Ils ont 20 ans et ils tentent de faire entendre leurs utopies, politiques et théâtrales, leur folle désespérance et leur immense besoin de croire.
« Chacun, là où il se trouve, est dans la lutte entière. Car chacun doit agir comme si la lutte entière ne dépendait que de lui. Il doit avoir en lui-même l’idée qu’il participe à quelque chose qui le dépasse de beaucoup et qui concerne toute l’humanité. » Edgar Morin

 

LA VIE DES TERMITES
La nouvelle compagnie
de Maurice Maeterlinck – adaptation, mise en scène et jeu Eram Sobhani – sous le regard d’Edouard Liotard – création lumière Xavier Hollebecq
En se penchant sur la vie des termites, on croit saisir les signes d’une puissance occulte et souveraine qui règne en maître sur leur existence. Une puissance qui règne avec une même hégémonie sur nos organes, nos sociétés, nos destinées… et leur vie nous devenant familière, c’est la nôtre qui devient angoissante et mystérieuse.

 

LA NUIT LA VIE EST MOINS PIRE
estrarre
de Benjamin Prioul – création de Aurélie Barrin, Joséphine Constantin, Julien Kosellek et Raphaël Rivoire – œil extérieur Sophie Mourousi – musiciens Romain Martin, Yuta Masuda, Cédric Soubiron, Jean Tomas Ward – travail musical Laura Clauzel
Mon histoire, c’est l’histoire d’un amour éternel et banal.
Mon histoire, c’est l’histoire qu’on connaît, ceux qui s’aiment jouent la même je le sais.
Mais naïve ou bien profonde,
c’est la seule chanson du monde
qui ne finira jamais.

 

DON JUAN DE APORIA
kafard films
création de Mathieu Mullier-Griffiths – sous le regard de Stéphane Auvray-Nauroy et Alex Singer
Je me souviens du Don Juan qui disait :
« J’imagine un amant qui aurait vécu toute sa vie auprès de femmes, qui les aurait aimées passionnément et ne leur aurait jamais rien demandé de toute sa vie et mourrait sans rien savoir d’elles. Peut être parce qu’il savait, depuis le commencement, tout ce qu’il y a à savoir. »